A propos

Editorial


Par Jean-Paul Jacqué, Président du PEAP – Pôle européen d’administration publique

Cette année les Rendez-vous européens de Strasbourg sont consacrés à une réflexion sur les valeurs de l’Europe. Pendant des années, les valeurs communes aux États membres n’ont été contestées ni verbalement, ni dans la pratique. Elles ont même été consacrées par le traité de Lisbonne à l’article 2 de la charte constitutionnelle de l’Union européenne. État de droit, respect des droits de l’homme, démocratie, solidarité constituaient les piliers sur lesquels reposait l’Union entre les États membres.

Aujourd’hui, la situation est moins claire. La démocratie libérale, commune à tous les systèmes politiques européens, est contestée en Hongrie au nom d’une nouvelle théorie qui fait l’éloge de l’illlibéralisme. Le principal dirigeant du parti majoritaire polonais qualifie la démocratie contemporaine « d’impossibilisme », néologisme utilisé au soutien d’une nouvelle vision de la société et de l’histoire. Le respect de l’État de droit, garant des droits de l’homme est critiqué au nom de la lutte contre le terrorisme, voire bafoué par les mesures prises dans certains États. Quant à la solidarité, elle a du mal à résister à la crise économique ou à l’afflux des migrants. Mieux, comme le montre le débat sur le traité de libre-échange avec le Canada, une entité régionale, représentant 0,7% de l’Europe et dont les exportations vers le Canada s’élèvent à 180 millions d’euros, fait obstacle. Certains y voient une rupture de la solidarité, d’autres un symbole de la résistance au mondialisme.

Notre propos, au cours de cette semaine de rencontres, n’est pas de déplorer cette évolution, ni de s’en réjouir. Elle est de la comprendre avec le concours de tous au cours d’ateliers consacrés aux diverses manifestations de cette révolte contre les valeurs et de rechercher des voies de sortie à cette crise. Chacun pourra participer aux débats sur les thèmes qui l’intéressent.

Pour nous, il est naturel que l’Europe, qui a toujours tenu une place essentielle dans la vie de notre Cité, fasse aussi à Strasbourg son examen de conscience et tente de définir son avenir.

Nous avons souhaité que ces rencontres ne soient pas seulement consacrées

à des thématiques politiques et techniques, mais qu’elles s’ouvrent largement sur la culture, non seulement dans des ateliers, mais aussi en soirée par des manifestations culturelles. C’est une approche nouvelle et un moyen d’enrichir nos échanges.

Cette semaine n’aurait pu avoir lieu sans l’engagement de l’Institut national des études territoriales (INET) du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), et le concours de tous les partenaires réunis dans le Pôle. Nous avons également bénéficié de nombreux autres soutiens parmi lesquels celui du Conseil de l’Europe ou du Parlement européen. Que tous trouvent ici l’expression de notre gratitude pour leur engagement.

Maintenant que le débat s’ouvre !


Note d’intention de l’équipe d’organisation


Après le vote du Brexit, nombreux sont les citoyens qui s’interrogent sur l’efficacité, voire la raison d’être du projet européen, alors que d’autres restent convaincus de sa pertinence. Celui-ci serait-il alors la cause de tous nos maux ou constitue-t-il la seule voie possible ? Cette crise que nous traversons serait-elle finalement due à trop ou à trop peu d’Europe ? Pour leur 11° édition, les Rendez-vous européens de Strasbourg s’interrogent sur les valeurs communes qui se traduisent de façon imparfaite et inégale dans la réalité sociale des états membres, en dépit d’un consensus – intellectuel et politique – à leur encontre. Des valeurs qui s’appuient sur deux piliers : l’état de droit, la démocratie et les droits de l’Homme d’une part, et l’économie sociale de marché d’autre part. Les débats s’y référeront en s’intéressant à la régulation financière, à la gouvernance, aux politiques de Défense et de sécurité, à la Culture, aux territoires, à la co-construction citoyenne, aux politiques sociales, énergétiques, environnementales. Mais également en matière de formation et d’éducation.

Enfin, il s’agira aussi de réfléchir aux carrières européennes dans le cadre d’un salon des métiers de l’Europe.


Les organisateurs


L’édition 2016 des Rendez-vous européens de Strasbourg est conjointement coordonnée par la Présidence du PEAP et l’Institut national des études territoriales, membre du Pôle.

Créé en 2004, le Pôle européen d’administration publique (PEAP) est un réseau d’excellence inscrit au Contrat triennal «Strasbourg, capitale européenne», réunissant l’Université de Strasbourg et son institut d’études politiques (Sciences Po Strasbourg), l’Ecole nationale d’administration (ENA), l’Institut national des études territoriales (INET), l’Euro-Institut de Kehl et l’Université allemande des sciences administratives de Spire, ainsi que l’Etat,  la Ville et Eurométropole de Strasbourg, la Région Grand Est et le Département du Bas-Rhin. Dans le cadre de ses missions, le PEAP mutualise et valorise les compétences des institutions qui le composent, grâce à des actions de formation, des projets de recherche et des publications en matière d’administration publique, de politiques publiques et d’affaires européennes.

 


A propos des 11èmes Rendez-vous européens de Strasbourg


Dans le cadre de ses activités, le PEAP organise depuis dix ans les Rendez-vous européens de Strasbourg. Manifestation ayant pour objectif de promouvoir le débat et l’échange d’expertise entre acteurs européens professionnels (élus, public affairs, universitaires), celle-ci prend une dimension nouvelle pour cette onzième édition en étendant à la fois sa durée de deux à six jours et en y associant des acteurs nouveaux issus des secteurs de l’entreprise, des start-up, de la culture, du journalisme, ainsi que du monde associatif et des ONG.  Le nom des intervenants, des artistes et des partenaires associés sera progressivement annoncé sur le site des 11RVES.

Accéder au programme en ligne

Accéder au programme en PDF

Liste des intervenants

 

Publicités